Action culturelle

 

 

 

 Action passée

 


 

Un pas chez toi


La compagnie Caravanes était en résidence sur le secteur du Sanon et de Cirey sur Vezouze (54) en février et mars 2012, pour créer son nouveau spectacle. Elle sait inspiré du conte « Le vilain petit canard » afin de parler du point de vue du plus fragile et d'aller dans cette sensibilité vers les habitants

L’objectif entendu entre la compagnie Caravanes, Scènes et Territoires, la Fédération Départementale des Foyers Ruraux 54 et le Contrat d’Animation Jeunesse et Territoire de Cirey, était la sensibilisation des habitants au théâtre à l’échelle de deux ou trois villages par secteur. Le but était de rendre accessible à tous le processus de création.

Les territoires choisis sont rurals et peu dynamiques. L’idée est de défricher un terrain qui n’a pas eu l’habitude d’accueillir des actions culturelles.
C’est pourquoi plusieurs questions se posent :
- Que mettre en place afin que des artistes soient identifiés par une large population dans le paysage local ?
- Comment faire réfléchir les habitants autour de la démarche artistique ?
- Quelles personnes et quelles actions peuvent relayer le projet sur le territoire ?

1. Démarrage du projet d’action culturelle

A l’arrivée de la cie Caravanes sur les deux territoires nous avons organisé en lien avec la Municipalité une soirée d'accueil des nouveaux habitants que nous étions. Cela était bien entendu une soirée “bidon” puisque M. Le Maire nous a accueilli et nous avons joué une petite forme d’intervention et y ferons déguster les spécialités culinaire de leur région à base de canard. On y parlera du campement et on leur remettra leur boite aux lettres, leur tuyau d’eau, les clés des toilettes....

Quelques jours plus tard, dans un café ou un lieu convivial du secteur, la cie Caravanes animera un Café-Mémoire : une soirée thématique où les habitants évoquent leurs souvenirs en buvant un verre. Les enjeux du “Vilain petit canard”  y seront alors labourés. Nous y parlerons du sentiment de rejet, des souvenirs de mouton noir ou de brebis galeuse, de la solitude et de l’exil mais aussi du sentiment d’appartenance à un lieu, à un territoire, à une communauté, à une famille.
Cette soirée permettra une rencontre profonde entre les acteurs de la cie et les habitants. Elle sera également une source d’inspiration pour eux et ils clôtureront la soirée par un retour artistique, sur ce qu’ils auront vécu ce soir là, sous forme de chanson. Il restera une trace sonore de ce moment et un CD sera remis aux associations et communes participantes. Afin de préparer cet instant Céline de la cie Caravanes aura besoin de rencontrer au mois de janvier cinq personnes de chaque territoire. En matière de communication un petit tract et un article dans le journal seront utiles. Sur le plan technique il y a besoin d’installer un petit système son (la cie a un Zoom H4 à disposition).

2. En lien avec la création du spectacle

Autour de la création, la cie Caravanes réalisera trois interviews individuelles par territoire en plus de la première interview collective.
Deux répétitions publiques seront également mises en place par résidence l’une sous la forme d’un rendez-vous bucolique dans le village et l’autre à la salle des fêtes. Elles peuvent être ouvertes aux habitants en tout public ou en scolaire.

Afin de tisser un lien avec les habitants, la cie propose une collecte de petites chaussures (jusqu’à la taille 27) qui lui serviront à réaliser une partie de son décor.  Elle réalisera une carte postale qui sera distribuée à tous les habitants pour les informer de ce besoin.

Des affiches portant des questions comme : - qui es tu ?
- où te sens-tu chez toi ?
- où coures-tu ?
pourront être réalisées en lien avec les jeunes adultes ou les adolescents du secteur. Au mois de décembre une demande peut leurs être adressés. Le graphiste des caravanes s’inspirera de leurs propositions pour réaliser des affiches en cohérence avec la charte graphique globale de la cie. Elles peuvent être imprimées en numériques ou réalisées par les jeunes lors d’un atelier sérigraphie avec la cie. Elles seront placardées dans les villages lors de la première semaine de résidence sur chaque territoire.

3. La vie du campement

Au moment de la fausse réunion d’accueil des nouveaux arrivants, les habitants du territoire seront informés de l’emplacement des véhicules et des caravanes de la cie. Une boîte aux lettres et une boîte aux chaussures pourront lui être installées.
L’équipe des caravanes réalisera un chemin de traces de pattes palmées en peinture afin de guider la population vers le campement. Là, tous les soirs après les répétitions les acteurs de la cie accueilleront les habitants curieux autour d’un feu, avec des marrons, du vin et du jus de pomme chauds.
Quelques canards vivront en liberté dans le campement. Sur le plan technique la cie aura besoin de l’installation de plusieurs guirlandes guinguettes, d’un point d’eau, d’un branchement 220V et de l’accès à des sanitaires.

4. Comment travailler ensemble ?

La répartition des rôles entre la cie, Scène et Territoire, la FDFR 54 et le CAJT reste à envisager.

Au jour d’aujourd’hui l’équipe des caravanes peut déjà nommer quelques besoins en matière de communication puisqu’elle n’est pas implanté dans le secteur : - contact avec la presse locale
- lien avec les personnes pour le café-mémoire et diffusion des tracts
- distribution de cartes pour la collecte
- diffusion de l’information : répétitions publiques, représentations, etc...
- lien avec les mairies pour les besoins techniques et la fausse réunion
- lien avec les écoles pour la collecte et les répétitions publiques
- lien avec les jeunes pour la création d’affiche et collage

Les caravanes auront aussi besoin d’un soutien technique : installation d’un espace scénique pour la création, montage son pour les rendez-vous bucoliques et les café-mémoire, branchement du campement.

 



COMPAGNIE      CARAVANES